Noemi Le Polyhandicap, un défi à relever ! Contactez-nous ! Rejoingnez-nous !
Qui sommes-nous ? Le polyhandicap Nos Objectifs Que faisons-nous ? Actualités Notre journal
Vous êtes ici : Accueil > Que faisons-nous ? > La pédagogie conductive

La pédagogie conductive

C’est fin des annĂ©es 40 qu’AndrĂ©as Petö (1893-1967) neurologue-orthopĂ©dagogue Ă  Budapest a imaginĂ© un système d’Ă©ducation spĂ©cialisĂ©e destinĂ©e aux enfants porteurs d’une lĂ©sion cĂ©rĂ©brale avec sĂ©quelles motrices: cette Ă©ducation leur apprend Ă  vivre au quotidien.

Cette prise en charge se veut Ă©ducative et dans une approche oĂą tout se tient et oĂą tout est pensĂ© pour apprendre Ă  l’enfant Ă  vivre le plus normalement possible sa vie de tous les jours. Il s’agit d’apprendre Ă  apprendre afin que petit Ă  petit, l’enfant puisse rĂ©soudre par lui-mĂŞme ses problèmes de la vie quotidienne. L’enfant est responsabilisĂ© dans sa prise en charge, cette prise d’autonomie tant motrice que psychique alimentera Ă  son tour sa confiance en lui-mĂŞme et son envie de grandir

1 – Les moyens :

Pour réaliser ces objectifs, plusieurs moyens sont mis en œuvre :

Le conducteur : le conducteur crée ainsi tout au long de la journée les conditions d’environnement, de sécurité, de confiance et de cohérence qui permettent à l’enfant d’exploiter ses capacités au maximum.

Le groupe : Il est facteur de motivation dans les apprentissages, de responsabilisation pour l’enfant et d’autonomisation par rapport aux adultes.

Le langage et le mouvement : Le conducteur s’adresse à l’enfant comme à un interlocuteur «valable». Le langage stimule et dirige l’apprentissage du mouvement (intention rythmique). L’enfant apprend par et dans le langage les schémas moteurs indispensables et les stratégies appropriées pour résoudre les différents problèmes qu’il rencontre dans sa vie quotidienne.

La fonction : c’est dans et par les activités de la vie de tous les jours que l’enfant apprend les schémas moteurs et les gestes qui sont indispensables pour vivre sa vie d’enfant. La fonction donne un sens aux apprentissages de l’enfant.

2 – L’application Ă  l’enfant polyhandicapĂ© :

L’enfant polyhandicapé, plus encore que l’I.M.C., présente une mosaïque de symptômes et de ce fait une perception fragmentaire, morcelée, furtive et incohérente de lui-même et du monde qui l’entoure. L’éducation conductive, centrée sur la personne plutôt que sur les différentes disciplines des professionnels habituellement sollicités, présente des caractéristiques d’intégration, de continuité et de cohérence particulièrement attrayante dans le domaine du polyhandicap. Dans cet ordre d’idées, le principe du conducteur est certainement un atout considérable.

Dans la prise en charge d’un enfant polyhandicapé un choix s’impose au regard des problèmes (processus d’apprentissage appauvri, ralenti et souvent limité). Dés lors, certaines particularités doivent être appliquées :

  1. La communication qui est une priorité : réponse du regard, de la voix, photos…
  2. Les activités de la vie journalière : repas, déplacements, propreté doivent être développées comme des processus d’apprentissage à part entière.
  3. l’état de santé et le bien être physique doivent être surveillés, notamment par le travail de la respiration et de la déglutition.
  4. Ajoutons qu’une concertation avec les parents est tout à fait indiquée.

Au niveau cognitif, le travail tournera autour de la distinction moi-non moi, des actions de causalités, de l’écoute de la désignation.

Du point de vue moteur : plus l’atteinte sera sévère, moins l’apprentissage pourra à lui seul garantir une évolution globale satisfaisante ; il devra tenir compte du traitement et de l’équipement.

Certains mots-clés dirigent la prise en charge :

Apprendre : essentiellement des objectifs ayant trait à la ligne médiane.

Equiper : prévisions d’adaptations (mobilier adapté, verticalisateur, fauteuil…)

Traiter et prévenir : Mobilisation de parties du corps peu conscientisées et peu actives. Attention particulière aux aspects respiratoires et digestifs. La chirurgie sera parfois incontournable dans un projet thérapeutique.

Cet ensemble de mesures reste soumis au principe inaltérable Mouvement, Fonction, langage.

Cette prise en charge vise la participation et l’autonomie maximales, tout en sachant que ses enfants grandiront, deviendront adultes, et resteront dépendants de leur entourage.

L’aménagement de l’environnement, familial et institutionnel, nécessite un équipement adapté afin de faciliter la vie tant des personnes polyhandicapées que de leur entourage.

Le contenu

Le fond

Sur le plan individuel, ce programme propose des acquisitions ou des expérimentations dans des domaines variés :

  • l’écoute d’une grande variĂ©tĂ© de comptines et de jeux de doigts apprend Ă  l’enfant Ă  jouer avec les sonoritĂ©s, les rythmes des mots et des phrases ; celles des contes stimulent son imagination.
  • Les activitĂ©s physiques, le travail au sol, incitation Ă  la mobilitĂ©, dĂ©placements autonomes…
  • Les activitĂ©s tournant autour de la communication, la socialisation, Ă  travers les stimulations de la vie quotidienne mais aussi par des activitĂ©s et des jeux verbaux et autres mimiques.
  • Le jeu prend une grande place dans l’organisation quotidienne.
  • Il s’agira aussi de permettre Ă  l’enfant de se situer en tant que membre d’un groupe, ainsi sont privilĂ©giĂ©es les activitĂ©s de groupe, avec des objectifs individualisĂ©s.
  • On favorisera Ă©galement l’autonomie de l’enfant qui apprendra alors Ă  s’occuper de lui, Ă  essayer de rĂ©soudre seul les problèmes d’ordre matĂ©riel (participer Ă  son habillage, dĂ©shabillage, Ă  son alimentation…), Ă  prendre des initiatives ; toutes les taches qu’il rĂ©alisera selon des rites et avec des repères dans l’espace et dans le temps qui le sĂ©curiseront (mise en place d’un tableau avec des pictogrammes qui sont prĂ©sents Ă  chaque dĂ©but d’activitĂ©s.

La forme

Afin de réaliser toutes ces activités qui font partie intégrante du programme établi, il y a une procédure que doivent respecter tous les intervenants.

Il importe d’avoir un programme quotidien bien déterminé, les repères sont fournis aux enfants à travers le rythme d’une journée qui est globalement identique.

Il y a des étapes quotidiennes qui se succèdent de façon rigoureuse.

La journée commence toujours par la mise au pot, puis suivent le travail physique, la boisson, l’activité éducative puis le lavage des mains et le change si nécessaire avant le repas.

Cette organisation récurrente est un repère essentiel pour les enfants qui savent à chaque moment ce qu’on va leur proposer, ainsi que pour les équipes qui savent ce qu’ils ont a faire.

Un espace et un temps structuré favorisera anticipation et intentionnalité.

Les activités sont toujours préparées quotidiennement, séance par séance, sur une fiche ou sont notés :

  • L’objet du travail
  • Son contenu- la procĂ©dure
  • Ce que doit rĂ©aliser l’enfant
  • L’installation, le matĂ©riel nĂ©cessaire ainsi que l’encadrement

A la fin de chaque activité, une observation individuelle est réalisée et rangée dans le classeur de chaque enfant.

La transparence, la formalisation du travail accompli, la préparation en amont et l’évaluation en aval sont les garants d’un projet dynamique et adapté.

Durant chaque activité un « leader » dirige celle-ci (on l’appelle couramment le C1 càd conducteur 1) et les autres encadrants aident les enfants à réaliser le travail demandé ( il s’agit des C2).

Tout ceci doit être précisé avant chaque activité, et figure sur la fiche quotidienne de l’activité à mener.

Il faut un premier conducteur dont la voix soit plus forte et qui organise et donne un sens à la situation ; en s’adressant à tous, il crée une atmosphère sociale propice à l’action et à l’interaction dont les autres encadrants sont le relais.

Sites de la fédération française et belge de pédagogie conductive :

www.afpc-asso.com

www.silapedagogie.fr

www.geslafamille.be


Actualités
Grande vente fête des mères et des pères les jeudi 24 et vendredi 25 mai 2018 à Marcq en Baroeul

L’association NoĂ©mi organise une vente Ă  l’occasion de la fĂŞte des mères et des pères le jeudi 24 mai 2018 [...]

Salle comble lors des reprĂ©sentations « Le jeu de la vĂ©ritĂ©  » au théâtre de la rianderie les 16 et 17 mars 2018

Vous étiez nombreux les 16 et 17 mars 2018  à 20h 30 pour la représentation théâtrale.
Merci de votre contribution et [...]

A méditer
dans les yeux d\'un enfant
l’association NoĂ©mi : un nouveau regard sur la diffĂ©rence !